Agoita: ferme agricole de 160 ha

        À Agoïta, près de Bohicon, la ferme d’apprentissage agricole et d’élevage de 150 hectares se développe progressivement. Plus d’une vingtaine d’hommes (tous des ex-malades) y travaillent sous la direction de 2  cadres  béninois : Culture maraîchère, production vivrière (maïs, igname, riz, pisciculture, aviculture…), palmiers à huile .

       Un centre de formation pour une cinquantaine de stagiaires a été construit sur la ferme pour diffuser les méthodes de production de culture intégrée de Songhaï .https://www.songhai.org

Ce centre de formation ne fonctionne pas, faute de moyens .

La Saint Camille ne vit que de dons, il n'y a pas de fonds publics.

Nous sollicitons VOTRE AIDE pour permettre le lancement de ce centre de formation construit en 2013 qui sera un vecteur de d'accompagnement des jeunes à l'installation et de  développement  agricole.

 

MEMOIRE SUR LE PROJET

DE LA FERME D’AGOÏTA (Realisé par l'Association "A la Croisée des Chemins)

Dates importantes :

-         En 2007 : premier voyage, découverte du site et premier état des lieux. Ce constat nous  a permis de recenser des besoins en matériel. Décision est prise d’acheter du matériel pour développer l’exploitation.

Plantation par Grégoire de 1417 palmiers à huile.

 

-         En 2009 : arrivé du matériel sur l’exploitation :

o   Tracteur

o   Giro-broyeur

o   Remorque

o   Cover-crop 

o   Actisol

o   Pompe pour l’irrigation.

Conception, mise en œuvre, et enseignement des méthodes culturales pour un jardin potager (mise en place d’un goutte à goutte, apprentissage d’une pépinière : godets, toile de forçage, ainsi éviter le gaspillage) .

Apprentissage auprès des malades et autres personnes présentes sur l’exploitation à conduire le tracteur pour entretenir la palmeraie, et également utiliser les autres outils du sol .

Un ingénieur agronome a été embauché par Madame HOPE pour gérer l’exploitation.

Des bâtiments ont été construits par L’association LILLIAN pour la formation, la réinsertion des malades.

Des terrains ont été défrichés pour commencer la culture du maïs

 

-         En 2010 : nous continuons le travail d’apprentissage sur le terrain avec Roland, l’ingénieur agronome.

Grégoire continue de faire défricher pour l’implantation d’autres cultures : maïs, manioc, bananier…

Grégoire a aussi investi dans du nouveau matériel agricole : une charrue, un rotovator et dans un puits artésien.

-         En 2012 : un semoir à maïs et un semoir à soja, blé, haricot, est envoyé de France, ainsi qu’une herse et une bineuse.

Grégoire a investi dans un système d’irrigation venant de France .

Pendant ce voyage nous enseignons à Roland et les personnes présentes sur l’exploitation à utiliser les semoirs et à cultiver à contre saison le maïs ou encore le soja avec l’irrigation.

-         En janvier 2013 : nous essayons de construire, avec eux, un plan d’assolement, et une rotation de cultures.

Nous continuons notre travail d’initiation et de bonne utilisation pour l’optimisation du matériel.

Construction de bâtiments pour le centre de formation par l’association «  Liliane « 

Des bassins à poissons sont creusés par Grégoire .

-         En juin 2013 : nous continuons de suivre l’évolution de la ferme, et l’enseignement que nous avions commencé durant les années précédentes pour l’utilisation du matériel et sur le plan cultural.

-         En janvier 2014 : envoit d’un nouveau tracteur, accompagné d’une tonne à traiter, et d’une mini pelle.

Conception d’un réseau de fossés, car nous avons analysé que les terrains défrichés étaient humides et peu drainants.

Trois jeunes d’Agoïta ont suivi une formation de perfectionnement de conduite pour le matériel agricole, ainsi que des cours de mécanique avec l’association « arcade « 

En 2015 ils poursuivront leur formation.

-         En mai et juin 2014 : suivi des cultures et trouver la place de chacun sur le site, avec l’aide de Félix et d’un Espagnol , puisque Rolland est parti .

Entre temps, d’autres associations comme » Graine d’amitié », sont venus nous rejoindre pour la prise en charge des salaires de Roland , d’une aide financière pour le premier tracteur , et de personnes pour établir une carte pédologique de la ferme avec un GPS .

Etat des lieux :

La ferme est aujourd’hui constituée de :

-         1417 palmiers à huile,

-         4 ha de bananier,

-         15 ha de maïs,

-         10 ha manioc.

Le projet de l’association est de défricher durant le mois de janvier 2015 environ 10 ha avec un bulldozer.

Objectif :

L’objectif de l’exploitation est :

-         L’exploitation des 160 ha

-         35 ha de palmiers à huile

-         15 ha de bananiers,

-         50 ha de maïs,

-         50 ha de manioc,

-         2 à 3 ha de maraichage

-         le développement de la pisciculture

But de l’exploitation :

Le but et le rôle est de nourrir les malades, et de les réinsérer dans leur village avec une formation agricole.  

Cependant un autre projet, sur le site même de l’exploitation, est également important : la formation grâce aux bâtiments construits par la Fondation LILIAN.

En 2014, un couple de la croisée des chemins a mis en place un début de comptabilité (un logiciel de comptabilité), pour l’ensemble des centres. Nous espérons que ce projet sera suivi

D’autres actions de réinsertion sont en cours : mise en place avec les canadiens de l’atelier jus de fruits.

Avec l’association « Graines d’amitié » nous aidons à mettre en place une boulangerie à Calavi

Des boulangers partiront en 2015 pour démarrer cette activité.

 

Profil du coopérant

Le coopérant devra :

-         Connaitre l’Afrique et avoir déjà vécu une première expérience, permettant d’appréhender plus facilement  les habitudes, et coutumes pour comprendre et réagir aux situations qui se présenteront (le lieu de travail est à 40km de la première ville).  

-         Niveau d’un technicien agricole ou d’un ingénieur agronome. Une personne pratique et connaissant le terrain (exemple : mécanique, bricolage…).   

-         Connaître les différentes espèces cultivées au bénin et leur mise en œuvre.

Missions :

-         Sa mission sera déterminée par Grégoire et il devra la suivre. En outre, s’il y a des problèmes il devra en référer directement à Grégoire.

-         Mise en œuvre des objectifs de culture définie par Grégoire sur ces cultures : maïs, manioc, soja, cultures maraichères, bananier, palmier à huile, pisciculture.

-         Mise en œuvre de formations sur la connaissance des cultures au Bénin tel que : 

Apprendre à les cultiver, Connaissance et utilisation du matériel, Biologie végétale de ses espèces, Connaissances en économie (budget/marges/coût),                                                                                                 Notion en mathématique en géographie pédologie…  

En conclusion :

En outre, il est important de rappeler que la personne rentre dans une association qui a déjà un mode de fonctionnement  basé sur la réinsertion des malades dans la société. Ainsi, il faudra que la personne venant dans le cadre de la mission s’intègre humainement pour rentrer dans l’ESPRIT de la Saint CAMILLE. 

Il serait préférable d’envoyer sur place deux personnes vu la quantité de travail, l’éloignement, et la dureté de vie vis-à-vis du milieu naturel environnant.