Calavi: Ouverture d'une Boulangerie

A l'image de la Boulangerie d'Avrankou, l'Association Graines d'Amitié a décidé de soutenir le projet ambitieux d'ouvrir une seconde Boulangerie sur le Centre de Calavi.

Un peu d'histoire:

Raymond Madou, dit Yovo est tombé malade en 2000. Ses parents ont dépensé beaucoup d'argent dans la médecine traditionnelle, sans resultats, il a passé 3 mois en hopital psychiatrique, mais il ne cessait de rechuter. Il ne dormait plus, était en proie a des acces de colère qu'il ne pouvait maitriser. Un jour, il a blessé un ami. Il a été arrêté, frappé, puis conduit par la police au Centre d'Accueil d'Avrankou. C'était en 2007. Il dit "s'être retrouvé" en 3 semaines. Quand Grégoire apprend qu'il est Boulanger, il décide de construire une Boulangerie dans le centre de travail voisin. Elle ouvre en juillet 2007, dirigée par Raymond, aidé d'un apprenti et de 2 malades. Aujourd'hui cette Boulangerie produit --- pains par jours et nourrit plusieurs centaines de malades accueillis dans les centres avoisinants, mais elle est aussi un centre de profit puisqu'elle vend du pain aux commerçants des villes et villages qui les revendent à leur tour sur les marchés.

Notre projet: 

Ce Centre est proche de Cotonou. Il est situé dans un quartier neuf en pleine expansion. Il comprend un relais - formation pour les jeunes, des ateliers divers, un restaurant, un salon de coiffure, un atelier de couture et une boulangerie.

Le boulanger  est un ancien malade qui faisait ce métier auparavant. Il gère déjà une autre entreprise à Dambodji et a transmis son savoir-faire de boulanger à 15 malades guéris, ce qui permet d'ouvrir une autre boulangerie à Calavi.

NOTRE PROJET EST D'OUVRIR LA BOULANGERIE AVANT FIN 2015.

Pour cela nous avons besoin de 10 000€.

 

Fotogalería: Calavi: Ouverture d'une Boulangerie

Carnet de voyage de Lucien et Véronique

l'Association Graines d'Amitié a fait l’acquisition d’une boulangerie à Montrevault. Toute une équipe de l’association s’est mobilisée pour démonter l’ensemble des meubles : les hommes au démontage et les femmes à l’emballage des pièces fragiles. Les meubles ont été expédiés à Cotonou par conteneur.  En mai 2014, Lucien et Véronique ont pris la décision de partir 10 jours au Bénin pour procéder au montage des meubles de la boulangerie. Ils ont été joyeusement accueillis par Grégoire, Johanna et les pensionnaires  du centre de réinsertion de la Sainte Camille. Entouré par une équipe de pensionnaire Marcel, Pierre, Jules, Gilles….Lucien a organisé et accompagné une équipe à la reconstitution de la boulangerie :  nettoyer toutes  les pièces de meuble stockées depuis un certain temps dans le grand bâtiment;  renforcer les socles des meubles pour éviter la dégradation de l’aggloméré, et les  surélever de cale de bois pour éviter le contact avec le sol et l ‘humidité; assembler : Lucien a expliqué et donné des responsabilités à plusieurs d’entre eux, en s’adaptant et  respectant le rythme et le bon vouloir de chacun; 2 fours ont dû être déplacés pour être mis en place et prêt à fonctionner. Pour finir, Lucien a constaté l’absence de toiture au-dessus d’une cage d’escaliers, qui risquait d’entraîner des dégâts importants en cas de pluie. Avec l’aide de plusieurs pensionnaires, ils se sont attelés à la création de cette toiture en tôle. Maintenant, tous les pensionnaires n’ont qu’une hâte : c’est de fabriquer du pain pour  se nourrir mais aussi pour gagner de l’argent pour le centre. Au terme de 10 jours, Lucien et Véronique remercient Grégoire, sœur Johanna et sœur Rose pour leur accueil et l’hébergement mais surtout pour leur  profond dévouement  et leur foi pour la ST CAMILLE .